dimanche 2 novembre 2014

Pêche au bar : taille minimum des captures à 40cm

(Extrait de france3-regions.francetvinfoPublié.fr, publié le 04 novembre 2014 à 10h15.)

maxnewsworldtwo746503.jpg
Pêcheur professionnel de bar à la ligne, lors d'une marée dans la chaussée de Keller, au nord ouest de Ouessant (Christophe Molina)


Même s’il n’existe pas de quotas de débarquement pour le bar, ce poisson bénéficie depuis 2011 d’un plan de gestion  et notamment des mesures de régulation des captures. Une régulation des captures qui concerne les professionnels mais cible aussi la pêche récréative.

Le conseil International pour l'Exploitation de la mer (CIEM) tire la sonnette d'alarme. Les scientifiques sont préoccupés par le stock mondial de bar (-32% depuis 2009). La "commission bar" du Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins (CNPMEM) a opté pour une augmentation de la taille minimale de capture du bar à 40 cm, pour tous les métiers pêchant le bar, et pour l’ensemble des zones concernées par cette espèce (Mer du Nord, Manche, Mer Celtique et Golfe de Gascogne).

Des mesures de gestion complémentaires ont également été proposées, pour l’ensemble de ces zones.

-L’ arrêt biologique d’un mois à prendre entre le 1er janvier et le 31 mars.
-Des limitations de capture par navire.
-Des seuils de prises accessoires de bar par marée pour les pêcheries.
-La commission Bar souhaite également qu’un système d’AEP (Autorisation Européenne de Pêche) par zone soit mis en place dans le cadre d’un plan de gestion de l’espèce à long terme.


Un effort est aussi demandé aux pratiquants de pêche récréative.

il serait question d'autoriser la capture d'un bar par personne et par jour.
Une mesure très mal perçue par les pêcheurs plaisanciers et qui serait d'après eux de nature à déstabiliser l'économie de la pêche loisir.


Une récente étude estime qu'il faudrait diminuer de 80% les quantités de bar pêchés au large de nos côtes.

Principaux visés les chaluts pélagiques mais aussi la pêche loisir qui représenterait 30% des captures en Europe. Un chiffre contesté par les plaisanciers.
Les pêcheurs plaisanciers estiment que si les professionnels ne prenaient des bars de 42cm au lieu de 36cm cela suffirait à préserver la ressource.
Un argument qu'ils vont tenter de faire entendre à la commission européenne. 


Regardez le reportage de Catherine Aubaile et Christian Polet:





Ca serait déjà une très bonne chose que les professionnels appliquent cette nouvelle "maille" de 40cm. Je l'aurais même poussée à 42cm sachant que quand le bar a atteint cette taille il s'est reproduit au moins une fois! Je pense que pour pérenniser une ressource c'est la meilleure des décisions à prendre...

Concernant la capture d'un seul bar par jour, je ne suis pas du tout d'accord... Le bar est "le poisson roi" mais je pense qu'il ne faut pas voir que par lui, il faut un quota pour l'ensemble des espèces les plus convoités pour le business (bar, lieu, daurade, cabillaud, St Pierre...). Imaginez si les mesures ci dessus sont prises: "des plaisanciers contrôlés par les affaires maritimes avec un bar maillé et 300 kg de lieus ne seront pas sanctionnés...". Il faut trouver le juste milieu pour que pêcheurs plaisanciers (réguliers ou occasionnels), les pêcheurs du bord (qui peuvent aussi faire de très beaux carnages) et même les plongeurs (qu'on oublie souvent) puissent pratiquer leur passion en ayant la possibilité de garder quelques poissons.

   
@micalement, Nicolas.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire