dimanche 21 décembre 2014

Pas d'accord sur la nouvelle réglementation pour la pêche du bar...


"COMMUNIQUE DE PRESSE
 

Accord sur les quotas de pêche 2015:

A l’issue du conseil des ministres européens de la pêche des 15 et 16 décembre 2014, et au terme d’une intense négociation entre les 28 Etats-membres et la Commission européenne, Alain VIDALIES salue l’accord équilibré trouvé sur les Totaux Admissibles de Captures («TAC») et quotas 2015.


Conformément à la position constante de la France, cet accord permet de garantir l'exploitation durable et responsable des ressources, tout en préservant la durabilité socio-économique du secteur. L’engagement des professionnels dans la définition de mesures de gestion et de sélectivité a été un élément déterminant dans les discussions.
Sur la sole de Manche Est, stock le plus débattu, la baisse finale est ramenée à 28%. La
Commission proposait initialement une baisse de 60%. Pour parvenir à ce résultat, le Ministre a valorisé les mesures de restauration de ce stock mises en oeuvre par les professionnels dès 2015. Une augmentation de TAC a par ailleurs notamment été obtenue pour la sole Manche Ouest (+2%), ainsi que le cabillaud de la mer du Nord et de la Manche Est (+5%) couplé à un gel de l’effort de pêche (jours de mer).
En Mer Celtique, la baisse du TAC a été limitée à 12% pour l’églefin et à 26% pour le cabillaud grâce à l’adoption de mesures de sélectivité renforcées.
Pour la sole du Golfe de Gascogne, le TAC a été reconduit, à savoir 3 800 tonnes, malgré une proposition initiale de baisse de la Commission. Ce résultat a été obtenu grâce au plan de gestion élaboré par les professionnels. Pour les autres stocks du Golfe de Gascogne, alors que la Commission proposait des baisses, la France a obtenu une reconduction des TAC pour la langoustine, la cardine, le lieu jaune, la baudroie et le merlan.

S’agissant des raies, les TAC ont été reconduits sur toutes les zones. La Commission s’est
engagée à faire évaluer une nouvelle méthode de calcul par les scientifiques. Par ailleurs, pour la raie brunette, la Commission s’est engagée à ouvrir une pêcherie accessoire dès 2015, sous réserve d’une évaluation scientifique positive des mesures de gestion proposées par les professionnels.
S’agissant du bar, en dépit des efforts de la France pour dégager une solution équilibrée entre pêche de plaisance et pêche professionnelle, un accord n’a pas été obtenu durant ce Conseil, mais le travail accompli alimentera les discussions qui se poursuivront début 2015."


Comme vous avez pu le lire, concernant le bar, aucun accord n'a été obtenu durant le conseil... Cela veut donc dire que les pêcheurs professionnels vont encore pouvoir faire un carnage cet hiver sur les frayères et qu'ils n'augmenteront pas les mailles de leurs filets! Et de l'autre côté, les plaisanciers mal intentionnés vont pouvoir continuer leurs petits trafics avec les restaurants et les particuliers...
Les pêcheurs de loisir ont fait des efforts de leur côté, à commencer par fixer la taille légale du bar à 42 cm. Certains s'imposent même un minimum de 50 cm pour garder un poisson, et d'autres, comme moi, pratiquent le "no kill" presque tout le temps. De plus, presque tous les "récréatifs" respectent une trêve hivernal de janvier à avril car nous savons que c'est leur période de frai et nous préférons les laisser tranquille...
Les professionnels, eux, ne font aucun effort, ils ne veulent pas modifier la mesure légale pour le bar franc qui est toujours de 36 cm (une honte...). Ensuite, les chalutiers effectuent leur pêche principalement l'hiver pour attraper de grosses quantités de poissons car c'est à ce moment là que les labrax se regroupent pour leur reproduction. C'est bien dommage car bien souvent ils sont pris dans les filets avant même d'avoir pu libérer leurs oeufs, quel gâchis...
Bien sûr, il ne faut pas mettre tous ces "pros" dans le même sac, je pense notamment aux ligneurs de bars qui font une pêche très "responsable", mais je trouve que beaucoup de pêcheurs professionnels sont des égoïstes qui ne se soucient ni de la ressource ni de l'avenir de leur métier... Combien de fois j'ai entendu ce discours de leur part: "je m'en fou s'il n'y a plus de poissons plus tard, je serai plus là!"    



"Scier la branche sur laquelle ils sont assis" c'est l'expression qui défini le comportement actuel des pêcheurs pros... Il serait temps que ça change...



Pour finir, je voudrais revenir sur le fait que j'ai personnellement signé cette fameuse pétition... Qu'il n'y ait pas d'amalgame, je ne suis pas contre ce quota en lui même, je relâche 95% de mes bars environ donc ça ne me dérange pas du tout! Si je l'ai signé, c'est pour les deux autres points qui étaient évoqués concernant les pêcheurs professionnels, à savoir: "une taille minimale de capture de 42cm et une interdiction de pêche du bar du 1er février au 31 mars".
Concernant les plaisanciers, je pense que l'on se trompe de combat  en ne prenant que le bar en considération pour limiter les prises. S'il n'y a de quotas que pour les bars, les braconniers et les plaisanciers "un peu trop gourmands" vont se rattraper sur d'autres espèces comme le lieu, le cabillaud, le St Pierre, la daurade et toutes les autres espèces de poissons qui ont une valeur marchande intéressante pour le "marché noir". Pour moi il faut un quotas de poissons maillés par pêcheur et par jour, toutes espèces confondues, avec quelques exceptions pour certains poissons comme le maquereaux. 
Voici un exemple de raisonnement simple avec un quota de 5 poissons : Si l'on considère qu'un poisson qui fait "la maille" fait environ 1kg/1.5kg en moyenne, alors si un pêcheur attrape 5 prises maillés il ramène environ 5kg/7.5kg de poisson à la maison... C'est largement suffisant, non?    



@micalement, Nicolas.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire