mardi 24 mai 2016

Mieux vaut tard que jamais!


Voici plusieurs semaines que les pêcheurs du Trégor s'acharnent à attraper leur première dorade royale de la saison 2016... Certains en ont peut-être déjà pêché, mais il faut croire qu'ils sont restés discrets. Personnellement je ne peux m'empêcher de partager ce premier coup de ligne!

C'est avec Jean-Marc, un morbihannais en weekend dans notre belle région, que j'ai rendez-vous ce samedi après midi. Jean-Marc est plutôt un pêcheur au leurre mais il maîtrise également à merveille la traque du bar de nuit à la crevette en zone portuaire. Il attrape régulièrement de très jolis spécimens pouvant dépasser les 3 à 4 kg. Il m'en a beaucoup parlé et c'est une technique que j'essayerai sans doute par ici car elle permet de piquer les poissons les plus méfiants.
Nous commençons par aller bêcher des arénicoles puis prenons la direction d'un très bon spot à daurade royale. Après une bonne marche à pieds, nous voici sur la "terre promise". comme je l'ai annoncé à Jean-Marc, je ne suis pas très optimiste pour cette session car la météo n'est vraiment pas idéale pour pêcher ce poisson parfois apathique... Mais on ne sait jamais, il y a quelques années, avec Benjamin, j'avais fait une excellente session alors que la météo ne s'y prêtait pas du tout... (voir: Quand Benjamin découvre la pêche de la mythique daurade royale)
Pendant que nous montons les lignes le temps est très menaçant, il y a de bonnes bourrasques et même des gouttes qui commencent à tomber.


La pluie risque de ne pas nous épargner aujourd'hui...


 
L'eau est encore basse, il faudra attendre un peu pour percevoir les premières touches. Des petits bars sont sur le coup, ce n'est pas cette espèce que nous sommes venus chercher, espérons qu'ils quittent la zone sinon nous serons obligés de changer de spot.


Un petit bar, c'est toujours mieux que rien, mais ce n'est pas l'espèce recherchée...



Mais quelques instants plus tard, nous avons affaire à des "tapes" différentes, elles me font plus penser à des touches de daurades; nerveuse lorsqu'elle croque l'appât et à la fois méfiante, et, si elle sent de la résistance, elle abandonne sa proie...
Les poissons ne sont pas faciles à piquer, c'est certainement de la dorade royale, mais des juvéniles. Lorsque nous remontons nos lignes les vers sont grignotés dans le milieu de l'hameçon et il ne reste que les deux extrémités de l'appât.

Après plusieurs petites touches, voici dans quel état j'ai récupéré l'appât...


Il va falloir la jouer discret, prendre la canne en main dès les premières vibrations du scion, et patienter pour que le poisson engame bien l'hameçon.
Cela finit par payer et je sors enfin une dorade royale, la première de l'année, elle se sera vraiment fait désirer.


Quel plaisir de revoir une daurade royale, je ne me rappelait plus à quel point sa robe était vraiment magnifique...



Pour mon camarade Jean-Marc, c'est plus compliqué, il a choisi de pêcher avec 2 hameçons, l'un en coulissant et l'autre en potence. Il a quelques touches mais il n'arrive pas à piquer les poissons, de plus, quasiment à chaque lancer ses montages sont emmêlés...
c'est un peu plus calme côté poisson, le ciel s'est couvert et il commence à bien pleuvoir, ça sent la fin de la partie de pêche.... Mais alors que mes cannes se font secouer par les rafales de vent, je perçois une tirée anormale sur l'une d'entre elles. Je me précipite pour prendre cette canne, et, à peine en main, je ressens une grosse tirée. Je ferre! C'est pendu et le poisson n'a pas l'air vilain!!! Après un joli combat sous la pluie battante, c'est une jolie daurade royale que j'échoue sur le banc de galets...

La "belle aux sourcils d'or" a succombé à une arénicole extra fraiche...


Une jolie daurade de 1.750kg qui me redonne le sourire pour cette nouvelle saison qui démarre très tard...


Nous sommes déjà bien trempés, mais nous préférons insister un petit peu quand même... Je sortirai un troisième poisson, mais cette fois-ci c'est une "plaquette".  

Même s'il n'en a pas attrapé, Jean-Marc est très content de découvrir les royales costarmoricaines...



Le lendemain matin à 6h30 nous avons remis ça sur un autre spot en compagnie de Stéphane. Cette fois ci la météo est plus clémente.


La météo est très agréable dès le lever du jour, et la température est très douce...


Jean-Marc a revu ses montages en ne laissant qu'un seul hameçon en "coulissant"; cela devrait être plus confortable pour lui. Nous avons tous quelques touches mais il faudra attendre la fin de matinée pour que le poisson soit un peu plus actif. Les grosses mémères ne sont pas au rendez-vous ou alors nous n'avons pas réussi à trouver un appât pour les décider à mordre. Il n'y a que de la petite royale qui mord. Ce n'est pas grave, on s'amuse bien quand même et tout le monde sort du poisson et ça c'est vraiment le top!


Les "plaquettes" étaient au rendez-vous!



Inutile de préciser que tous ces juvéniles sont retournés grandir, certaines daurades faisaient sans doute la maille qui est de 23cm, mais honnêtement, qu'est ce qu'il y a à manger sur une "sardine" de 200/300g?


Petite daurade deviendra grande...



Grâce à ma passion et à ce blog j'ai encore rencontré une personne très sympathique. Merci à toi Jean Marc, et j'espère que nous aurons l'occasion de nous revoir pour une autre session, soit dans notre région, soit dans ton Morbihan.


@micalement, Nicolas.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire