lundi 17 juin 2019

Les dents de la Rade...


Tant qu'à faire le déplacement dans le Finistère, nous avions prévu de retourner sur l'eau le dimanche avec Mickaël. Contrairement à la veille la météo devrait être idéale. S'il y a un spot que j'ai toujours rêvé d'aller pêcher, c'est bien le cimetière des navires de Landévennec. Cette partie de la Rade de Brest est très fréquentée par les bars, les daurades royales et surtout par les émissoles. Il y a quelques années j'avais lu un compte rendu des copains de Ficheàl'affiche qui avaient été pêcher sur ce secteur, depuis je rêvais d'y aller à mon tour...
Après une bonne nuit de récupération nous voici à la cale du Port du Moulin Blanc vers 8h30. La météo est beaucoup plus clémente que la veille, il n'y a pas un brin de vent. Côté température c'est encore un peu frai pour la saison, on aura peut être un peu de pluie dans l'après midi.

Ça change de la veille...


Il nous faut 45 minutes de navigation environ pour atteindre le cimetière des navires. Lorsque nous arrivons sur place il y a quelques kayaks sur les bordures et un semi-rigide sur la zone de pêche. Il s'agit de Enogat Gélardon, guide de pêche dans la région de Saint-Malo. La veille, à l'Open Pagre, nous avions convenu de nous retrouver ici pour pêcher l'émissole ensemble. 


 Il règne une ambiance très particulière dans ce renfoncement de la Rade, c'est calme et très sauvage...



En arrivant , nous voyons que l'un des trois pêcheurs sur le bateau est attelé. C'est une émissole qui est au bout de la ligne... Ça commence très fort!


Voilà ce que nous sommes venus chercher aujourd'hui... Bravo Julien!



Cela fait 30 minutes environ qu'ils sont arrivés et ils ont déjà sorti 3 "petits requins". Côté technique, rien de bien compliqué, un montage coulissant avec un plomb de 80 grammes environ selon le courant, un bas de ligne en fluorocarbone 40 à 60 centièmes et un hameçon autour de 2/0 à 5/0. On peut aussi utiliser un montage "wishbone" avec 2 deux hameçons plus petit au cas où une daurade royale passerai par là... C'est d'ailleurs ce qu'on choisit les malouins et ils ont bien fait! Peu de temps après notre arrivée, Julien a eu des touches très discrètes puis plus rien... Il a attendu et 5 minutes plus tard rebelote! Cette fois ci il a le temps de ferrer et surprise, à l'arrivée au bateau c'est une magnifique daurade royale! Il faut croire que je les attire...


Une magnifique royale de la Rade...


L'activité diminue fortement car nous sommes sur l'étale de marée haute, je n'ai eu qu'une touche pour le moment mais j'ai ferré dans le vide... Nous apprenons avec Enogat que les kayakistes que nous avons croisé en arrivant sont également du 22. Florian passera nous serrer la main, c'est un ami malouin de longue date, il a même participé aux concours de pêche en surfcasting sur le Trieux il y a quelques années. C'est vraiment drôle de s'être tous retrouvés comme ça au même endroit dans le Finistère entre costarmoricains sans s'être consultés...
Nous profitons de l'étale pour décrocher le bateau du corps mort et se laisser dériver tout doucement. Je teste pour la première fois le nouveau Bait Slider de chez Pescanautic. J'y croyais beaucoup mais malheureusement je n'ai pas eu de touche... Nos camarades malouins quant à eux, sont allés pêcher le bar au leurre sur les bordures en attendant la reprise du courant.
Le jusant est en place, il est temps de se remettre sur zone pour l'émissole. Voilà 30 minutes que nos lignes sont à l'eau et nous n'avons pas la moindre petite tape. Je propose à Mickaël de nous décaler d'une centaine de mètres pour voir si c'est mieux... Très bonne idée! Mickaël a ses premières touches de la journée. C'est assez compliqué de trouver le bon moment pour ferrer, on a l'impression que le poisson fait rouler le plomb et cela fait tressauter le scion. Mon ami rend un peu de fil et il ferre ! C'est pendu !!!  Ça fait plaisir car on commençait à désespérer...


Ça fait du bien de plier du carbone comme ça...



Les émissoles sont de sacrées combattantes, elles adorent se mettre en travers du courant. Ces dernières ont également une particularité, en arrivant à la surface... Très souvent, lorsqu'elles voient la lumière, elles repartent au fond dans un "rush" des plus violents que j'ai jamais vu! Sensations garanties!!! Le frein du moulinet a intérêt d'être bien réglé sinon c'est la casse assurée...


 Même si la pluie s'invite, nous sommes plus motivés que jamais!
 

Après quelques ferrages laborieux, c'est à mon tour d'être attelé! Le combat est puissant, c'est vraiment génial. Après de nombreux "rushs", ma première émissole de la Rade finit dans l'épuisette...


Quel pied de pêcher de si jolis poissons...



Évidemment toutes les émissoles sont reparties grossir dans leur milieu naturel. Il serait bien dommage de conserver ces poissons de combat exceptionnel qui n'ont pas de grand intérêt dans l'assiette... Je serai vraiment curieux de savoir ce qui les attire ou ce qui les retient dans cette partie retirée de la Rade, sûrement une histoire de nourriture... 


 Relâcher vos rêves...



Nous faisons 6 émissoles en tout, 3 chacun. Nous aurions pu continuer mais Mickaël avait un impératif. Vers 14h nous reprenons la direction du Moulin Blanc avec des beaux souvenirs plein la tête... Nous croisons Enogat et ses deux amis sur le retour, ils ont pris une douzaine de bars au leurre souple à la volée sur les bordures. Ils retournent pêcher l'émissole une dernière fois avant de rentrer à St Malo. C'était vraiment cool d'avoir pu partager un moment avec vous les gars...


 Merci encore pour ce magnifique week-end pêche mon ami...


 

On aura sans doute l'occasion de remettre ça cette année et j'espère que cette fois ci notre ami commun Anthony sera avec nous. Il aurait dû être de la partie mais il était de Baptême... Ce n'est que partie remise ;)



@micalement, Nicolas.


1 commentaire :

  1. superbes prises, félicitations
    ca donne envie de repartir à la pêche

    RépondreSupprimer