vendredi 29 juin 2018

On profite du soleil...


Avec l'arrivée de l'été, le soleil est enfin de retour. En compagnie de Anthony et de Stéphane, nous avons voulu profiter de ces belles conditions pour pêcher à la côte. Nous nous sommes donnez rendez-vous à 6h pour faire une session au leurre de surface dans un premier temps, puis ensuite nous avons pêché en surfcasting...


Les conditions sont idéales lorsque nous arrivons au bord de l'eau, il n'y a pas une ride en surface. La mer descend tranquillement avec un coefficient de 65. Nous sortons les topwater, Anthony prend un Asturie 90, stéphane et moi un pachinko 100.
Mon ami finistérien part devant nous, avec Stéphane on préfère y aller progressivement. C'est le calme plat pour nous, pas le moindre mouvement en surface. Pour Anthony c'est beaucoup mieux, il prend trois bars presque coup sur coup. Ils ne sont pas maillés mais ça fait toujours plaisir.


Le troisième poisson de Anthony...



Nous nous sommes rapprochés de lui mais ça ne mord plus. Je descends en taille de leurre, je passe sur un Asturie 90.
Anthony, qui est tout près de moi, vient d'avoir du mouvement derrière son leurre. Le poisson ne l'a pas happé, il l'a juste suivit. Sur le lancer suivant, rebelote, le bar suit l'Asturie mais ne mord pas... Je décide d'arrêter de pêcher pour essayer de filmer Anthony au cas où il aurait une attaque en direct mais malheureusement le poisson n'est plus là, ou il n'est plus décidé à mordre.


Les conditions sont idéales pour la pêche en surface...



Je reprends ma canne et recommence à lancer sur ma gauche. Près d'un gros paquet de goémon, j'ai une grosse aspiration sur mon Asturie!!! Je ferre, c'est pendu! Le problème c'est que ma ligne s'est emmêlée dans les algues... Je lève la canne le plus haut possible en espérant que la tresse sortira toute seule de cet obstacle. Après quelques longues minutes, la ligne se dégage ! Les choses sérieuses commencent... Jusqu'ici on avait pas pu évaluer la taille du poisson, il a l'air joli, même très joli! Ce bar à encore de l'énergie à revendre, il tente à plusieurs reprises de se caler derrière des rochers couverts de moules tranchantes. Il finit par s'épuiser et je le dépose calmement sur le bord. Nous faisons rapidement quelques photos et le remettons vite à l'eau.


Un superbe poisson, bien sombre... 





La remise à l'eau est obligatoire dans la zone Nord du 48ème parallèle pendant toute l'année 2018 
 


Dans la foulée j'aurai une autre attaque à moins de 2 mètres du bord, le poisson m'a surpris et je n'ai pas réussi à le ferrer correctement... La mer est arrivée trop basse sur le spot, c'est le le moment pour nous de récolter quelques appâts. Nous avons déjà des crabes et nous allons ramasser des arénicoles afin de proposer 2 esches différentes aux daurades royales. Bien souvent, avec l'expérience, on se rend compte que chaque spot à son appât de prédilection pour la "belle aux sourcils d'or"... Parfois il faut utiliser du crabe, parfois du couteau, et sur le spot que nous allons pêcher ce matin, c'est plutôt l'arénicole qui est efficace.
Il est temps de prendre la route. Les bons spots de pêche se méritent et pour accéder à celui-ci nous avons 30 minutes de marche. Nous arrivons à l'étale de marée basse, les conditions sont idéales; du soleil, peu de vent, et comme il n'y a pas un gros coefficient, la mer n'est pas trop descendue.


On est bien là, et si on ne prend pas de poisson, on prendra des couleurs!



En théorie l'activité se met en place une bonne heure après la marée basse, mais là c'est très calme, trop calme... Il n'y a même pas de petites touches de bars ou de grises pour nous distraire. Nous avons 3 cannes à l'arénicole et deux au crabe. Il faut attendre la deuxième heure de montante pour voir enfin un scion trembler! C'est une petite dorade royale, une "plaquette", que Stéphane réussit à piquer sur du ver. Cela nous redonne le moral mais malheureusement ça reste toujours aussi calme. En toute fin de session, alors que nous allions remballer le matériel, Stéphane a de nouveau une tape à l'arénicole et cette fois-ci c'est beaucoup plus sérieux. Il a le temps de prendre sa canne en mains pour ressentir le poisson au bout de la ligne.


 Le moment du ferrage demande toujours de la concentration



C'est sans doute une daurade royale, il attend que celle-ci engame bien l'arénicole et il ferre! C'est pendu, et le poisson prend du frein! Le combat dure et, lorsque la royale approche du bord, elle tente à plusieurs reprises de se caler derrière des roches. Anthony se rapproche du bord pour aider à la mettre au sec.


Bravo Stéphane pour cette jolie royale!!!



On ne pouvait pas rêver mieux pour terminer cette partie de pêche. Il est déjà 13h30 et nous avons un sacré bout de chemin à faire pour rejoindre les voitures, heureusement qu'une bonne bière fraîche nous récompensera à l'arrivée. Ce fût une excellente matinée de pêche entre passionnés une fois de plus, même si les poissons étaient plutôt timides. La prochaine fois je pense que ça sera nous qui ferons le déplacement dans le Finistère, affaire à suivre...



@micalement, Nicolas.


Aucun commentaire :

Publier un commentaire